• Formulaire de Contact

    Merci!

    Merci. Votre message a été envoyé. Nous vous contacterons dès que possible.

    Les champs requis n'ont pas été remplis.

  • CONTACTS FESTIVAL

    Tél.: 01 74 04 06

  • Situation Géographique

    Click to open a larger map

    Libreville - GABON

  •  
  •  

PROGRAMME 2015

AfficheEDL2015

 

 

Projections à l’Institut français du Gabon

Entrée :

1 jour 3 films 1000 FCFA

Gratuit scolaires et étudiants

 

 

Lundi 23

19h      Charles N’Tchoréré, un africain face aux Nazis

                 Jacky Moiffo / France, Gabon / 2015 / 26mn

Sans titre 1

Ce documentaire retrace les grands moments de la vie et de la carrière militaire de Charles N‘Tchoréré, officier de l’armée coloniale française né à Libreville en 1896 et mort sur le front de la Somme en juin 1940. Dans la mémoire collective gabonaise, cet officier incarne le courage,  le sens du devoir et de l’honneur. Réalisé à partir d’un travail d’archives, ce court métrage lui rend hommage.

Primé au festival Komane 2015 / Cameroun.

 

19h30      L’africain qui voulait voler

                       Samantha Biffot / Gabon / 2015 / 77mn

Sans titre 2

Gabon 1979. Luc, un petit garçon, a une révélation en regardant un film de Kung Fu : les Chinois savent voler. Dès lors, il n’a qu’une obsession, voler comme eux. On le prend pour un fou mais il s’en moque… Cela fait maintenant 31 ans que Luc vit en Chine, maîtrisant le wushu, et jouant à son tour dans des films de Kung Fu. Mais comment fait-on pour devenir le premier africain à intégrer le temple Shaolin et à acquérir des techniques traditionnelles que seuls peu d’élus connaissent ?

 

 

Mardi 24

18h30       Lari Frébo

                        Fabrice Bouckat / France – Guadeloupe / 2015 / 26mn

Sans titre 3Filmée par un gabonais qui y vit, la rue Frébault est l’artère principale et mythique de Pointe-à-Pitre. C’est là que bat le cœur de la Guadeloupe, son carnaval et ses tissus madras.

Elle est pourtant aujourd’hui désertée car inadaptée au trafic urbain. « La rue des Libanais » disait-on autrefois. Mais ils sont de moins en moins nombreux, les enseignes de téléphonie mobile chassant les bazars et les camelots. C’est un monde qui disparait peu à peu ; un monde où guadeloupéen signifiait autre chose qu’une couleur de peau, une origine ou une classe sociale.

 

19h      Congo ! Le silence des crimes oubliés

                 Gilbert Balufu / RD Congo, Belgique, USA / 2015 / 80mn

Sans titre 4Depuis le génocide rwandais, l’Est de la RDC est devenu une zone de non-droit et une des régions les plus dangereuses au monde. La situation humanitaire est catastrophique : milliers de réfugiés qui ne sont jamais retournés au Rwanda, milices aux ordres des pays voisins ou de multinationales convoitant les richesses minières, atrocités contre les civils, trafics en tous genres, pillages, viols en série, etc. Les multiples tentatives de médiation et les résolutions diverses n’ont servi à rien. Le triste résultat est pourtant bien là : des millions de congolais sont devenus des réfugiés dans leur propre pays.

 

20h30      Beats of Antonov

                           Hajooj Kuka / Soudan, Afrique du Sud / 2014 / 68mn

Sans titre 5Entre son indépendance en 1956 et sa partition en 2011, le Soudan fut ravagé par une guerre civile Nord-Sud. Les Antonov du titre évoquent les avions russes utilisés par le gouvernement de Khartoum pour bombarder le Sud, notamment les régions du Nil Bleu et des montagnes Nuba. Le film explore comment les peuples de ces régions résistent aux bombardements et à l’arabisation forcée par la musique et la danse, porteuses d’identité culturelle et d’espoir.

Beats of Antonov a été primé au Festival international du film de Toronto, au Festival du film africain de Cordoba ainsi qu‘au Festival du film africain de Louxor.

 

 

Mercredi 25

18h30       Land in Sicht

                             Judith Keil et Antje Kruska / Allemagne / 2013 / 93mn

Sans titre 6Bad Belzig est une petite ville située à 80 kilomètres de Berlin. Dans un centre d’accueil, le hasard a réuni trois demandeurs d’asile : Abdul, du Yémen, Farid, qui a fui l’Iran, et Brian, un camerounais. Ils tentent de comprendre un pays qui ne les comprend pas. Land in Sicht (Terre en vue) parle de méfiance mais aussi de bonne volonté, de rêves trop naïfs pour être réalisés et des dysfonctionnements de l’administration.

 

20h      Trop noire pour être française

            Isabelle Boni-Claverie / France / 2015 / 52mn

Sans titre 7La France, pays des droits de l’Homme ? La réalité est moins reluisante. Entre passé colonial, repli identitaire, montée du FN et préjugés tenaces, le racisme gagne du terrain. La réalisatrice, Isabelle Boni-Claverie, est noire. Son milieu social très privilégié ne l’empêche pas d’être victime de discriminations. La République lui aurait-elle menti ? Eclairée par les propos d’anonymes comme par les analyses d’EricFassin, Pap N’diaye et Achille Mbembe, une réflexion impertinente sur la discrimination raciale.

 

21h      Ady Gasy

                    Lova Nantenaina / Madagascar / 2015 / 84mn

Sans titre 8A Madagascar, il y a ceux qui font des chaussures avec des pneus, ceux qui fabriquent des lampes à partir de boîtes de conserves, ceux qui font du savon avec les os de zébus… Rien ne se perd, tout se transforme. Les gens défient la crise avec inventivité mais sans perdre leur identité ni leur sens de l’humour, issu d’une tradition orale cocasse et toujours vivace.

Satire douce-amère de la surproduction, ce film oppose les discours bien rodés des agences de développement (banque mondiale, FMI) à ceux des malgaches. Deux visions du monde…

 

 

Jeudi 26

18h30      Matanga

                           Georges Kabongo / RD Congo / 2014 / 26mn

Sans titre 9«Matanga» signifie funérailles en lingala. Portant sur la cérémonie mortuaire, ce documentaire met l’accent sur la dénaturation des funérailles dans la société congolaise, notamment à Kinshasa. Le défunt passe désormais au second plan. Priorité est donnée aux parades et à l’affichage ostentatoire de la richesse des familles.

Prix Martine Filippi du 34ème Grand Prix International Urti du documentaire d’auteur (Festival de Télévision de Monte-Carlo).

 

19h      Ma mort ne m’appartient pas

                    Charles Auguste Koutou / Burkina Faso / 2014 / 52mn

Sans titre 10En passant dans un cimetière, le réalisateur est soudain oppressé par l’idée de sa propre mort. Comment se manifestera-t-elle ? Où sera-t-il enterré ? Quelles obsèques lui fera-t-on ? Ses dernières volontés seront-elles exaucées ? Ces questions l’amènent chez tous les acteurs du rite funéraire : pompes funèbres, administration, services religieux… Au terme de sa quête, il comprend que sa propre mort ne lui appartient pas.

 

20h      Maximum pleasure

                    Katarzyna Trzaska /Pologne / 2014 / 48mn

Sans titre 11Cinq retraitées d’une petite ville polonaise se laissent bercer par le chant des sirènes de jeunes vendeurs sans scrupules qui leur refourguent de coûteux équipements domestiques, dédiés notamment au bien-être (résonateurs biophoniques, tapis de massage…). Katarzyna Trzaska signe une comédie documentaire cruelle sur un phénomène répandu en Europe centrale.

 

21h      Sur les chemins de la rumba

                     David-Pierre Fila / France, Congo / 2014 / 90mn

Sans titre 12Née dans le Bassin du Congo, apportée en Amérique par les esclaves, enrichie là-bas de nouvelles sonorités, la rumba est ensuite revenue en Afrique se fondre dans les accords, les rythmes et les voix des grands maîtres congolais tels Franco Louambo, TabuLey Rochereau ou Papa Wemba. Congo, Côte d’Ivoire, Cuba, Equateur : David-Pierre Fila met ses pas dans ceux de la rumba. Un voyage trempé de notes chaudes, d’harmonie, de beauté et d’amour.

 

 

Vendredi 27

18h30 Dieu ne travaille pas le dimanche

                   Leona Goldstein / Rwanda / 2015 / 84mn

Sans titre 13Depuis le génocide, beaucoup de choses ont changé au Rwanda, notamment le rôle des femmes dans la société. Il y a vingt ans, elles ne pouvaient pas parler publiquement sans l’autorisation de leurs maris. Aujourd’hui, certaines d’entre elles occupent des postes de pouvoir et les autres lancent des initiatives dans tout le pays grâce à un réseau indépendant et dynamique. Dieu ne travaille pas le dimanche ! Le titre un peu sarcastique signifie que l’on ne peut pas tout attendre de Dieu ou du gouvernement. On doit prendre son avenir en main.

 

20h      10949 Femmes

                     Nassima Guessoum / Algérie, France / 2014 / 75mn

Sans titre 14

10949, c’est le nombre de femmes algériennes qui ont conbattu pour l’indépendance de leur pays. Nassima Hablal, héroïne oubliée de cette guerre, raconte son histoire. Charmante, enjouée et ironique, elle nous emmène à la rencontre d’autres résistantes. Ainsi l’Histoire se reconstitue à la manière d’une grand-mère qui parlerait à ses petits enfants. 10949 femmes parle de l’Algérie, de la guerre et des femmes, en posant une question universelle: qu’est ce que la liberté ? Quel est son prix ?

 

21h15      Le dos de la veuve

                     Mary-Noël Niba / Cameroun / 2011 / 68mn

Sans titre 15Pauline, 40 ans, jeune veuve mère de six enfants, doit quitter sa maison car elle est harcelée sexuellement par le petit frère du défunt, dont le lévirat traditionnel chez le peuple Kom (Cameroun) fait le « successeur » de son mari. Le gamin, qu’elle a pratiquement élevé, hérite de tous les biens et d’elle, l’épouse. C’est lui en effet qui doit « chauffer le dos de la veuve ». Mais Pauline refuse de se plier à cette coutume.

 

 

Samedi 28

17h       Sur la route des Anges      

                     Jean Roke Patoudem / Cameroun / 2011 / 80mn

Sans titre 16Annie-Flore Batchiellilys est une figure incontestable de la scène musicale gabonaise. Née à Tchibanga, au sud-ouest du Gabon, elle étudie la musique et le chant, d’abord au Carrefour des Arts de Pierre Akendengue puis à Paris au Studio Alice Dona. A partir de 1997, elle enchaîne disques et concerts jusqu’à l’Olympia en 2008. Le film retrace le parcours de la chanteuse, recueille ses confidences, sa foi et ses émotions.

 

18h30       Playground      

                     Emilien Cancet / France / 2013 / 52mn

Sans titre 17Après quatre ans d’exil, Irfani, un Afghan, arrive à Paris en 2011. Plus de deux ans vont s’écouler avant qu’il obtienne une réponse à sa demande d’asile. Pendant ce temps Irfani découvre la France, ses mœurs, sa culture et apprend lentement le français. Il nous fait partager son quotidien et son regard bienveillant sur la France. Il dévoile son passé, son éducation religieuse, sa vision de l’orient, de l’occident, son refus de rallier les talibans. Un passé qui le poursuivra jusque devant les juges de la Cour nationale du droit d’asile.

Prix Documentaire jeunesse – Escales documentaires de La Rochelle 2014

 

19h30       Nègre blanc     

                     Cheikh N’diaye / Cameroun, France / 2013 / 75mn

Sans titre 18Dans certaines régions d’Afrique, les albinos sont victimes des pires atrocités. Le conteur camerounais Léonard De Semnjock veut comprendre l’origine des croyances sur les albinos. Il croise des conteurs, des vieux sages et des sorciers. Il s’aperçoit de l’enracinement de ces croyances dans la mémoire collective. Une façon de changer le regard des Africains ne serait-elle pas d’inventer de nouveaux contes qui donneraient une image positive des albinos. Il crée alors un spectacle qu’il donne dans la ville de Dschang.

 

21h       La sirène de Faso Fani    

                     Michel K. Zongo / Burkina Faso, Allemagne, France / 2015 / 90mn

Sans titre 19Koudougou, 2001 : Faso Fani, la célèbre manufacture de cotonnade, ferme brutalement. Conséquence désastreuse d’une politique économique globalisée ignorante des réalités locales, des centaines d’employés se retrouvent sans travail et la ville entière est menacée par la précarité. Mesurant l’étendue de la catastrophe économique et sociale, le film entend pourtant partager l’espoir digne des ouvriers de Faso Fani : réentendre un jour prochain le ronflement des machines à tisser.

 

 

Dimanche 29

19h30       Capitaine Thomas Sankara    

                            Christophe Cupelin / Suisse / 2014 / 90mn

Sans titre 20De 1983 à 1987, Thomas Sankara s’est battu en faveur de l’indépendance politique du Burkina Faso, de son désendettement, mais aussi de l’éducation des jeunes, de l’émancipation des femmes et de l’éradication de la corruption. Mais cette vision intransigeante dérange et conduira à son assassinat.

Depuis plus de 25 ans, Christophe Cupelin collecte les archives écrites, sonores et audiovisuelles sur Thomas Sankara. Grâce à un montage méticuleux, il réussit à brosser un portrait exceptionnel de cette icône révolutionnaire.

 

 

Les Escales documentaires de Libreville 2015
c’est aussi :

Prix Charles Mensah et Prix du Public

Cette année, pour fêter ses 10 ans, les Escales documentaires de Libreville récompenseront deux documentaires parmi les 20 projetés à l’Institut français.

Projections à l’Université Omar Bongo ainsi que dans les lycées de Libreville,
Port-Gentil et Moanda

Programme disponible à l’IGIS et à l’Institut français.

Exposition photos

Desirey Minkoh / Afrikimages Agency
Du 23 novembre au 18 décembre / Institut français

Sans titre 27

 

Fondée en 2005 à Libreville par Desirey Minkoh, Afrikimages est une agence de presse proposant des reportages sur le continent africain. Comptant aujourd’hui une quinzaine de photographes et disposant de plus de 30 000 photographies, Afrikimages entend s’éloigner du sensationnel pour montrer l’Afrique quotidienne, au plus près de ses habitants. L’agence forme et encadre également de jeunes photographes.

Desirey Minkoh fut chef du service photo du quotidien l’Union (1996 – 1999) puis photo-reporter pour l’Agence France Presse, couvrant plusieurs conflits, des sommets de chefs d’Etats ainsi que des compétitions sportives. Ses photos ont été publiées dans des magazines comme Paris Match, le New York Times, le Washington Post, l’Express, Jeune Afrique, etc.

Village des Escales

Du 23 au 29 / Institut français

Plateforme d’échanges et d’exposition de produits ouverte aux partenaires et sponsors du festival.

 

Atelier de critique cinématographique

Martial Nguea, journaliste, critique cinéma

Du 19 au 28  / IGIS

Initiation à la critique cinématographique. Production d’un journal du festival.

Ouvert aux journalistes culturels et aux étudiants en cinéma et littérature.

Inscription auprès de l’IGIS.

 

Master Class

Nathalie Pontalier et David Pierre Fila, cinéastes

Du 24 au 27 / IGIS

A l’attention des lauréats de l’appel à projets de l’an passé mais également

à tout réalisateur porteur d’un projet de documentaire.

Inscription auprès de l’IGIS.

 

Concours : Citoyen filmeur, citoyen acteur

Réalisez vous-même un petit film sur Libreville à l’aide de votre téléphone portable.

Le jury retiendra deux films qui seront primés par la Mairie de Libreville.

Inscription auprès de l’IGIS.

 

Colloque : produire un documentaire en Afrique Centrale

Modérateur : Balufu Bakupa-Kanyinda

Vendredi 27 / 9h – 13h / IGIS